CPN La Catignolle
ASSOCIATION CLUB CPN
LA CATIGNOLLE de PORT-MORT
Vie associative
Activités
Programme
Faune et Flore de Port-Mort
Vous êtes sur la page
Astuces
Contacts

ASTUCES

Cette page permet de trouver des renseignements pratiques sur différents sujets liés à la nature.

Vous trouverez également des liens vers des sites nature à la page Contacts



Faut-il piéger le frelon aiatique?
Comptage des oiseaux
Nourrir les oiseaux en hiver
Faut-il nourrir les oiseaux toute l'année?
Nourrir les oiseaux a un impact sur eux
Que faire? : Mammifère mort sur la route
                       J'ai trouvé un oiseau bagué




Comme chacun le sait, cet hyménoptère venu de chine se régale de nos abeilles domestiques et sauvages. De nombreuses personnes mettent des pièges dès le début du printemps dans le but, louable a priori,de préserver les populations d'abeilles. Mais ces piegeages sont-ils vraiment utiles et ciblés?


ci-contre nid primaire de frelon asiatique.


Seules les femelles fécondées du frelon asiatique survivent en hiver. Au printemps, elles vont construire leur nid et y développer leur colonie. Selon le Museum d'Histoire Naturelle un nid produit jusqu'à 13 000 individus entre avril et décembre. On peut considérer que 2000 individus sont présents en même temps, au mois d'octobre.
500 femelles sexuées naîtront de ce nid et pourront se disperser dans un rayon de 60km.
95% des reines (femelles sexuées fécondées) meurent pendant l'hiver. Dans les 5% restants, 95% meurent en combats singuliers, puisque les reines s'affrontent entre elles pour se voler les nids ou protéger leur territoire.

Le piégeage entrave ce système de régulation naturelle. "Plus il y a de reines, plus la mortalité est élevée, si l'on en piège certaines, on libère le terrain pour d'autres qui n'auront pas à combattre" explique Quentin Rome spécialiste du Museum d'Histoire Naturelle. En effet,
le combat entre les reines dans la nature assure un taux de mortalité beaucoup plus important que le piégeage.

De plus, les pièges utilisés attrappent beaucoup d'insectes et proportionnellement peu de frelons asiatiques. Les pièges dits sélectifs ne sont pas probants, si le diamètre des trous d'entrée ne permet pas aux gros insectes d'accéder, qu'en est-il des petits qui survivent à la noyade et arrivent à s'échapper ?  "En réalité,  on ignore dans quel état ils ressortent après avoir bu un coup. Il y a une mortalité cachée à ces pièges , on ne connait pas encore l'impact exact des campagnes de piégeage sur la faune locale. " nous dit encore Quentin Rome.

En conclusion : France nature Environnement (FNE) et l'Office Insectes Environnement (OPIE) recommandent , conformémént aux directives du Museum d'Histoire Naturelle :
- de s'abstenir du piégeage préventif qui massacre un grand nombre d'insectes non ciblés, sans pour autant affecter les populations de frelon asiatique.
- de ne pas pratiquer de piégeage printanier (très faible impact sur le nombre de colonies en été).
- de piéger, de fin juillet à mi-novembre, uniquement à proximité des ruchers attaqués pour faire diminuer la pression de prédation en utilisant comme appât le jus de cirier si possible, plus sélectif que la bière.
NB : jus de cirier: jus confectionné à partir de cire de cadre de ruche fondue dans de l'eau chaude et additionné de miel et fermenté.
 

Pourquoi compter ? : C'est incontestable, il y a de moins en moins d''oiseaux dans nos jardins.
Le muséum d'histoire naturelle évalue la baisse à 10 % en 10 ans, toutes espèces confondues. Les causes sont multiples :
Le comptage permet d'évaluer si le nombre d'oiseaux d'une espèce est en baisse, en augmentation ou en stagnation, et de comprendre les phénomènes de migration (oiseaux du nord en visite l'hiver par exemple). L'amateur peut ainsi observer et dédouvrir le monde des oiseaux qui l'entoure.

Quand Compter ? : Il y a deux week ends dans l'année (en janvier et mai) spécialement dédiés au comptage au niveau national, et même international. Dans ce cas, le comptage dure une heure. Mais vous pouvez également compter en dehors de ces périodes pendant le temps que vous voulez (une demi-heure par semaine par exemple).
 
Où compter ? : Dans votre jardin, ou dans un lieu public, toujours le même .
 
Comment compter ? : Pour chaque espèce, il faut noter le plus grand nombre d'individus d'une même espèce observés en même temps. Par exemple, si vous voyez 2 mésanges bleues à un moment, puis ' à un autre moment, il faut noter 4 et ne pas additionner 4 et 2 au risque de compter deux fois un même individu. Attention !  Il  faut compter uniquement les oiseaux posés. Seule exception les hirondelles et martinet survolant le jardin ou encore l'épervier lorsqu'il chasse au dessus du lieu de comptage.


Comment reconnaître les oiseaux ? :
N'hésitez pas, lancez-vous ! Au début, vous ne reconnaîtrez peut-être pas tous les oiseaux, ce n'est pas grave. Notez ceux que vous connaissez, et vous verrez que petit à petit vous connaîtrez de plus en plus d'espèces. Vous pouvez télécharger une fiche descriptive des principales espèces observées dans nos jardins ici.
pinson des arbres


Que faire des résultats ? : Plusieurs sites permettent de trans mettre les résultats, notamment : Oiseaux des jardins en lien avec la LPO et le Muséum d'histoire naturelle qui distille pleins de conseils et le Groupe ornithologique normand .
 


.


Si les graines sont disposées dans des mangeoires ou des plateaux, ne pas oublier de les nettoyer régulièrement pour éviter les maladies.

Ne pas oublier de mettre de l'eau à disposition.



Les oiseaux ont leurs préférences :

A chaque pays sa pratique : En France on limite le nourrissage des oiseaux aux périodes hivernales, en revanche , dans les pays anglo-saxons, il est recommandé de nourrir d'octobre à mai.
Comment s'y retrouver?
La limitation du nourrissage en période de froid vise à limiter la mortalité pendant les périodes de gel, sutout lorque celles-ci se prolongent. Le nourrissage s'arrête généralement en mars, car au printemps , les oiseaux deviennent nettement plus territoriaux et la mangeoire peut devenir le théâtre de violentes disputes (Mésanges et Rouges-Gorges sont coutumiers du fait !). En effet, si un poste de nourrissage se trouve à l'intérieur du territoire d'un oiseau nicheur, ce dernier risque d'être nettement perturbé par l'intrusion de concurrents fréquentant la mangeoire. Les conséquences peuvent être dramatiques car la nichée peut être abandonnée.
A l'inverse , un apport alimentaire peut aider les adultes à élever les jeunes et garantir le succès d'une bonne nichée.
L'idéal est donc de d'installer au printemps les mangoires loin des nichoirs ou des nids. Pas si simple!



Le saviez-vous, le nourrissage des oiseaux a un impact sur la longueur du bec de ceux-ci !
Voir l'article de Futura-sciences.com  pour en savoir plus.




Le programme régional d'étude et de prévention de la mortalité de la faune sauvage, nommé Mam'route, a été élaboré par le Groupe Mammalogique Normand.
De nombreux animaux sauvages sont en effet victimes du trafic routier. Ils sont tués le plus souvent sur des secteurs localisés. La connaissance de ces derniers permet la réalisation d'un état des lieux afin de tenter d'apporter des solutions techniques d'aménagement.

Pour ce faire, vous pouvez transmettre vos informations sur le site mamroute.fr . Il existe également une application téléphonique téléchargeable sur ce même site.Vous y trouverez également plein de renseignements sur les mammifères de Normandie.




Les conseils de la LPO

RETOUR Page Accueil